• Les placements traditionnels n’offrent plus de
    rendements attractifs du passé.
  • Pour répondre aux ambitions de long terme des investisseurs, il est temps de considérer des sources alternatives pour générer du rendement potentiel.
  • Une approche diversifiée de l’investissement
    pourrait répondre aux besoins des épargnants en
    quête de rendement.

La rémunération des placements traditionnels (PEA, Fonds en euros….), bien que garantie, baisse chaque année un peu plus. Il est temps pour les investisseurs d’envisager des alternatives pour leur épargne.

Certes, les placements traditionnels offrent une performance « sûre » en comparaison avec un investissement en actions, cependant le cocktail formé par la politique monétaire accommodante et l’accélération de l’inflation jouent en défaveur des épargnants.

Ainsi, les obligations françaises à 10 ans rapportent 0.87% alors que les anticipations d’inflation à 10 ans atteignent déjà 1.18%.1 Dans ces conditions, l’inflation va commencer à rogner la rémunération de l’épargne.

Paradoxalement, la quête de rendement est en passe de devenir la problématique majeure des épargnants compte tenu du paysage démographique changeant.  L’âge de la retraite se rapproche pour la génération du baby-boom et  l’espérance de vie dans l’Union européenne est passée de 75 ans en 19902 à 81 ans. Il est de moins en moins probable que les retraites publiques suffisent pour subvenir convenablement aux besoins d’un plus grand nombre de personnes à la retraite et de plus en plus longtemps.  Les épargnants doivent donc se préoccuper de leur épargne future.


La boîte à outils du rendement

Les coupons et les dividendes sont une composante clé de la performance de certains actifs :  ainsi, dans le cas des obligations spéculatives à haut rendement européennes, le rendement annualisé de 8,16 % généré par les coupons entre 1999 et 2016 a largement dépassé le rendement annualisé généré par le  prix des titres (-1,4 %)3. De même, le rendement annualisé généré par les dividendes des actions européennes s’est révélé plus important que le rendement annualisé généré par le prix de ces actions (-0,51 %)4 sur la même période.

Malgré les conditions de marché actuelles, il existe donc des placements qui offrent des niveaux de rendement plus élevés aux investisseurs prêts à exposer leur capital à plus de risques.

Il est cependant préférable d’adopter une approche diversifiée  afin de multiplier les sources de rendement.

Une approche diversifiée

En combinant différents actifs de rendement, on cherche à lisser les hauts et les bas en termes de performance,  tout en multipliant les sources de rendement potentiel au travers des coupons des obligations et des dividendes des actions.

Pour répondre aux ambitions de long terme des investisseurs, il est temps  de considérer des sources alternatives pour générer du rendement potentiel plus élevé au travers une approche diversifiée.